Le Radis de printemps, une constance difficile

14/12/22

Conservation des légumes d'hiver en maraîchage

Traditionnellement ce produit marque le passage de l’hiver au printemps sur les étals. Même s’ il est possible d’en avoir très tôt dans l’ouest de la France, le radis devient un produit d’appel en mars, avril, mai et peut représenter une part des ventes importante sur les marchés de cette période.

La conduite de ce produit reste toutefois complexe tant au niveau de l’homogénéité pour obtenir des vitesses de récolte satisfaisantes que dans la constance d’approvisionnement.

Une constance dans la production du radis

 

Pour avoir des ventes importantes sur ce produit, il est donc fondamental d’éviter les ruptures d’approvisionnements sur la saison. On peut produire du radis de mars à décembre en Bretagne, Pays de Loire et Normandie. Toutefois les créneaux les plus porteurs seront les mois de printemps.

En terme de planification voici les séries envisageables dans le grand ouest pour couvrir l’ensemble de cette période :

Radis printemps en maraîchage : quand semer quand récolter

Le cycle du radis, du semis à la récolte est d’environ 10 à 11 semaines pour les semis de décembre. Il se réduira progressivement avec l’arrivée du printemps pour atteindre 3 semaines pour les semis de juillet et août.

Pour couvrir ce large créneau, la stratégie couramment mise en œuvre est un semis toutes les deux semaines sur la période décembre à mi février pour les récoltes de fin février à début avril. A cette période le radis peut attendre 2 semaines au champ. Les semis seront ensuite envisagés toutes les semaines car l’attente au champ diminue.

Même si elle n’est pas parfaite, cette stratégie permet d’avoir des récoltes relativement constantes. Les implantations sont réalisées sous serre jusqu’à la semaine 10. Les implantations des semaines 6 à 10 peuvent également être réalisées sous tunnels nantais pour libérer de la place sous serre.

A l’automne on recommence à semer sous serre à partir de mi-septembre. La climatologie influence énormément le cycle du radis. Il n’est pas rare d’observer un rattrapage d’une série par la suivante. Il est donc important d’avoir une fréquence de semis courte pour assurer la constance et ne pas avoir peur d’avoir un peu trop à certaines périodes. Pour développer la vente de ce produit il faut accepter d’en perdre de temps en temps afin d’assurer la constance d’approvisionnement de l’étal.

Lire aussi :

La récolte : un enjeu stratégique en maraîchage diversifié

Dans une exploitation, la récolte représente un poste important : 20 à 30 % du temps y est consacré en moyenne et jusqu’à 40 à 50 % en période faste. Une tâche très variée qui demande à être optimisée en termes de rentabilité et d’ergonomie…

L’homogénéité de la culture, une clé de réussite

 

La rentabilité économique du radis de printemps se joue particulièrement sur la vitesse de récolte. Le nombre de bottes réalisé à l’heure est un facteur clé. Pour faire des bottes rapidement, il faut une culture homogène. Plusieurs facteurs vont influencer cette homogénéité et en particulier, la taille de la graine et le tassement du lit de semence.

Le radis présente une grosse graine. Sa taille va déterminer sa vitesse de croissance en début de cycle, particulièrement sur les périodes froides. Ainsi on peut observer sur les semis de décembre, janvier et février de gros décalages de maturité entre les petites graines et les grosses graines. Les graines calibrées sont donc à privilégier : les plus grosses pour le début de saison et les plus petites pour la fin de printemps et l’été.

Le tassement du lit de semences est également un facteur important de l’homogénéité de levée puis de croissance. En règle générale, sur les exploitations diversifiées, les semoirs utilisés ne tassent pas suffisamment le lit de semence. Pour homogénéiser la levée, le passage d’un rouleau avant le semis, puis après, est préconisé.

Choix variétal et implantation

 

La densité de semis va être variable suivant la saison. De manière générale, on essaye de semer dense pour limiter le développement des adventices. On privilégiera des écartements de l’ordre de 7 cm entre rang en début de saison pour passer à des écartements de 5 cm au printemps.

Le choix variétal a également son importance. On veillera à choisir une variété adaptée au jour court pour les semis de décembre et janvier, puis une variété de saison pour le printemps et enfin une variété adaptée à la culture d’été si on choisit ce créneau de production. Il existe toutefois des variétés adaptées à plusieurs créneaux.

Enfin, le type de radis devra être choisi en fonction de la demande commerciale du secteur : demi long à bout blanc, rond rouge, rond de couleur …

Irrigation un facteur important

 

Comme tous les légumes à enracinement faible, l’apport d’eau est primordial à la réussite de la culture. Un stress hydrique favorise les montées en graines et déprécie fortement la qualité du radis. Le sol doit être maintenu frais à cinq centimètres.

Une irrigation régulière et quotidienne est privilégiée à des irrigations par à-coups. L’irrigation aérienne est à privilégier pour assurer une homogénéité d’apport sur toute la planche.

 

Lire aussi :

Préparer son système d’irrigation

Que ce soit sous abri ou au champ, l’irrigation des légumes est incontournable dans les exploitations maraîchères. Lors de l’élaboration de son système, il est nécessaire de se pencher sur plusieurs paramètres. Voici quelles sont les principales étapes de raisonnement.

Article rédigé par Charles Souillot - Le 14 décembre 2022

Articles connexes

Haricot : plantation, récolte et rentabilité

Haricot : plantation, récolte et rentabilité

La saison du haricot vert est ouverte   Juin se profile et avec lui le démarrage de la saison du haricot vert. Ce légume est particulièrement important dans les systèmes maraîchers en vente directe. C 'est un légume identitaire, plébiscité par le consommateur et...

La récolte : un enjeu stratégique en maraîchage diversifié

La récolte : un enjeu stratégique en maraîchage diversifié

Dans une exploitation de maraîchage, la récolte représente un poste important : 20 à 30 % du temps y est consacré en moyenne sur l’année et jusqu’à 40 à 50 % en période faste. Une tâche très variée qui demande à être optimisée en termes de rentabilité et d’ergonomie...

Comment protéger les cultures du froid ?

Comment protéger les cultures du froid ?

Les primevères sont en fleurs, les saules et certains fruitiers commencent à débourrer… nous pouvons observer ça et là quelques signes annonciateurs du printemps. Mais ne nous y trompons pas, nous sommes bel et bien toujours en plein hiver. Les températures sont...